Black History Month : Stanley Ngara aka The African King of Condom

I lead and inspire the world to achieve zero new HIV infections, zero discrimination and zero AIDS-related deaths.

C’est ce que Stanley Ngara, a.k.a The African King of Condom (ou le roi africain des préservatifs), 47 ans, affiche sur son profil Instagram. C’est un titre qui peut paraître étrange à certains, mais beaucoup moins aux Africains qu’il rencontre, notamment au Kénya, dont il est originaire.

Pour rappel, les premiers signes du syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA en français, et AIDS en anglais) ont été répertoriés en juin 1981 aux États-Unis, et deux ans plus tard, c’est le VIH ou virus de l’immunodéficience humaine qui est identifié.

Dans le monde, la pandémie du VIH a touché près de 75 millions de personnes, tandis que 32 millions d’entre elles sont mortes des maladies liées au SIDA. Selon les Nations Unies, 37,9 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2018, et seulement 23,3 millions d’entre elles ont accès à une thérapie antirétrovirale, qui permet non seulement de contrôler la maladie, qui n’a, pour l’instant pas de cure, mais aussi de vivre, selon les cas, une vie relativement normale avec.

Mais si la médecine avance, et la recherche pour trouver un remède contre le SIDA est internationale, les nouvelles infections ne semblent pas ralentir, surtout en Afrique où se trouve la majorité des cas. Ainsi, en 2018, 1,7 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH à travers le monde.

Et c’est précisément dans la prévention que The African King of Condom joue pleinement son rôle, vêtu de son costume rouge flamboyant, aux allures militaires, siglé de drapeaux africains, et dans le dos de son titre de « Roi africain du préservatif » et du hashtag « #EndAids », pour renforcer le message.

Ses actions, qu’il fait avec l’aide de l’ONG kényane LVCT Health, sont nombreuses. Il y a l’éducation aux risques et aux bonnes pratiques, qu’il fait à la criée, en interpellant les habitants dans les rues notamment de Nairobi. Sans oublier la distribution gratuite de préservatifs et la démonstration sur godemichet. Mais ce qui est encore plus remarquable, c’est la distribution d’autokits de dépistage. En plus, de contribuer à la déstigmatisation du préservatif, de la maladie et des malades, notamment chez les jeunes, et à briser les tabous autour du sexe et de la sexualité, il enseigne les pratiques sexuelles saines et sûres qui permettent également de se prémunir des IST (infections sexuellement transmissibles). Ce qui est d’autant plus intéressant et important dans son travail, c’est qu’il va à la rencontre de la population, notamment les étudiants, et les plus à risques comme les habitants de bidonvilles et les travailleurs-ses du sexe. Son humour et sa bonhomie naturelle sont autant d’atouts qu’il met en avant dans son travail admirable de prévention pour un jour arriver à son rêve de voir une « génération sans VIH ».

 

 

Photo en couverture: Instagram de African King of Condom

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s